samedi 15 avril 2017

BOUCHERON avait une succursale à Marseille en 1902


N'oubliez pas de cliquer sur toutes les photos pour les agrandir

C'est une vraie découverte, la Maison Boucheron ne le savait pas.
Boucheron de la place Vendôme eut une succursale à Marseille au début du 20 ème siècle.
A l époque grand port sur la méditerranée, vers les  "colonies",  deuxième ville de France, les autres joailliers de la place Vendôme vont bientôt descendre eux aussi dans le sud, mais le Sud Est, Cannes Nice, Monte Carlo.
En 1902 décès de Frédéric Boucheron, à 71 ans seulement.


La Revue de la bijouterie Joaillerie Orfèvrerie publia à l'époque cet article :

Nous avons appris avec une bien douloureuse surprise que M. Frédéric Boucheron, commandeur de la Légion d'honneur, président honoraire de la Chambre syndicale de la BijouterieJoaillerie-Orfèvrerie de Paris, ainsi que de la Société de Retraite «La Fraternelle», etc., était décédé le 20 août, à l'âge de 71 ans, en son domicile, 47, avenue du Bois-de-Boulogne.
Nous ne rappellerons pas ici la situation prépondérante occupée par M. Boucheron dans la corporation, et la longue et brillante carrière qu'il a fournie pour la plus grande gloire de nos industries en France et à l'étranger, non plus que les qualités d'intelligence, de bonté et de générosité, qui faisaient de lui une personnalité aussi éminente que sympathique. Les discours prononcés sur sa tombe, et qu'on trouvera plus loin, rappellent d'ailleurs les états de service exceptionnels de celui qui fut l'honneur et le bienfaiteur de la Corporation.
Les obsèques ont eu lieu à l'église Saint-Honoré-d'Eylau, qui était trop petite pour contenir l'affluence énorme d'amis venus pour rendre un dernier hommage à cet homme de bien.
Non seulement toutes les notabilités de la Bijouterie étaient présentes, mais quantité d'ouvriers et d'employés avaient tenu à témoigner par leur présence de l'affection qu'ils éprouvaient pour M. Boucheron.


J ai déja écris sur la Maison Boucheron, sur Louis, et Frédéric:


Il y a quelques mois je cherchais des indications sur cette belle plaque à la mémoire de Frédéric Boucheron. Cette plaque offerte par la profession à travers ses instances professionnelles date de 1904. Je découvris dans un annuaire cette installation  à Marseille, au vu des documents que ' ai pu trouver, c'est Louis Boucheron qui créa cette succursale. 


Et c'est aussi dans "l'indicateur Marseillais "de 1904  que la Maison était mentionnée


Je fis d'autres découvertes, par exemple  cette modification des statuts datant de 1905, Frédéric Boucheron avait commencé en 1858 dans la galerie de Valois au Palais Royal,  là ou se trouvaient tous les joailliers de l'époque. Difficilement car il manquait "d'argent" .
D'après Vever je note  le pronostic pessimiste, de M. Deschamps son patron,qui avait dit : « M. Frédéric est un excellent commis, mais il n'a pas l'étoffe nécessaire pour faire un patron. »

Il se trouvait entre l actuel "Serge Lutens" et la boutique "Pierre Hardy.





Son magasin allait du 151 au 154 galerie de Valois , il couvrait donc 4 arcades à un moment, Frédéric Boucheron avait d'abord ouvert sa boutique, puis  son atelier quelques années plus tard.  En 1865, il s'adjoint son neveu Georges Radius, qui restera dans la maison jusqu'en 1919.
C'est en 1866 Frédéric Boucheron loue un atelier en 1866 Rue Radziwill, une rue qui fut supprimée en 1883 pour dégager les abords du Palais Royal
C'est aussi en 1866 que Boucheron loue le N° 151 et c'est en 1873 qu'on ajoute le 153 et 154 et ce sont à un moment??? que pour garder quatre arcades on libère le 150
En 1893, Frédéric Boucheron s’installe au 26 place Vendôme. Boucheron est la plus ancienne maison de joaillerie installée Place Vendôme
Fredéric Boucheron ouvre une boutique à Moscou en 1897 et la referme en 1911,  il confie au Joaillier Tillanders originaire de Finlande, la gestion de son stock, afin de diffuser ses produits. Celui-ci s'installe à Saint Petersbourg jusqu'à la révolution russe de 1917. En 1903, c'est l'ouverture d'un magasin à Londres et d'un bureau à New York , alors Marseille ??? quelle année???  1904 , non car il y a un décalage d'un an voire deux avant d'être inscrit dans l annuaire (Temps de fabrication et d impression de l'époque) donc, c'est 1902 où 1903.



Boucheron est toujours a Marseille en 1905

Pendant un temps je m'étais dit  que, (puisqu'il n'y avait aucune trace d'une implantation à Marseille ),  la maison Boucheron actuelle n'en connaissait pas l existence, c'était peut être tout bêtement un autre Joaillier marseillais qui s'appelait aussi Boucheron? D'autre part le registre du commerce n'ayant pas encore été institué (loi de 1919) il n'existe aucun document permettant d'avoir des informations sur les commerces


Mais en cherchant dans l indicateur Marseillais de 1906, aucun doute possible c'est notre grand Joaillier Parisien.



Et si Boucheron  était venu à Marseille pour l'exposition Coloniale de 1906 ?



Je trouve Boucheron Paris-Marseille de nouveau en 1907


En 1907 dans l indicateur Marseillais  au 29 Boucheron, et en étage, un Charles Bordinckx rentier


Hasard étonnant , ce diamant gravé sur une bague de Boucheron  ainsi que tous les autres diamants gravés que Boucheron utilisa,  furent taillés par Charles Bordinckx. On peut se poser la question,  aurait il pris sa retraite à Marseille, lui qui au départ venait d'Anvers?

Apparemment ce ne serait pas le cas, en effet Pierre Charles Bordinckx est né a Anvers en 1826, il s'est installé à Paris en 1878-1879 mais il est mort en 1892, c'est son fils qui lui succède , alors , est ce lui qui serait parti en retraite en 1903 à Marseille.....Pourquoi pas.




En 1900 pourquoi s'installer Cours Pierre Puget à Marseille?
 C'est un quartier neuf, c'est  une voie située dans le 6 ème arrondissement de Marseille  elle relie la place Estrangin à la colline Pierre Puget  à la rue du Commandant de Surian, en passant devant le Palais de Justice.  Le cours, créé en 1800 par le préfet Delacroix qui institue des ateliers pour donner du travail aux habitants de la commune et qui sont employés pour la création de ce cours qui portera le nom de cours Bonaparte. Une colonne de granit surmontée d’un buste de Bonaparte est placée dans la partie haute du cours. À la chute de l’Empire, le buste de Napoléon est abattu.(Wikipedia)



Colline Pierre Puget

Boucheron était  installé, en face du nouveau Palais de Justice inauguré en 1862 seulement.
Les recherches effectuées à mon intention dans les matrices cadastrales par les archives départementales des bouches du rhone,  indiquent que le double immeuble 29-31 cours Pierre Puget, a été construit en 1869 et est la propriété (bien propre) depuis 1902  de madame Chambon, née Jeanne Eugénie Roussel, épouse de l'armateur Jean Marie Chambon qui y réside à l'époque. Dans le journal de Marseille "La Vedette" du 1 er décembre 1906,  j'ai pu lire:
Nous enregistrons avec peine la mort de Mme veuve Jean-Marie Chambon, née Roussel, et nous présentons nos sincères condoléances à ses enfants, ainsi qu'à Mr et Mme Laurent Chambon et à leur famille.
Le recensement  quinquénal de 1906, le seul pertinent pour ces recherches permet de voir que le N° 31 correspond à l' hôtel particulier habité par la famille Chambon et ses domestiques tandis que le N° 29 est un immeuble de rapport divisé en quatre appartements loués. Le magasin n'y est évidemment pas indiqué puisque personne n'y réside.
Aucun des quatre locataires n'exerçant la profession de bijoutier ( sauf peut-être Charles Bordinckx?) 
il n'est donc pas possible de connaître son nom par ce biais, nom qui n'est pas indiqué non plus dans l 'indicateur Marseillais.    Un grand merci aux archives départementales de Marseille


Et du palais de Justice de Marseille ?  
Voici de nos jours ce qu' on voit de l'immeuble où était installé Boucheron, (Ah! quelle beauté ce mobilier urbain moderne!) et le 29 cours Puget est caché par le 27, N° et adresse de cette station Uvale, quitte à visiter Marseille, elle  mérite qu'on s'y attarde.


Avec la bicoque du Quai du Port, la station uvale du Cours Pierre Puget est la dernière héritière de cette longue tradition qui fût par le passé déclarée d’intérêt public par l’état et thérapeutique par nos grand-mères afin de bien passer l’hiver. Avant que sa consommation ne revienne à la mode dans les cures de détox vantées dans tous les magazines, le régime aux raisins était déjà salué pour ses qualités nutritives et ses propriétés médicinales (le Larousse recommandant même sa consommation pour la constipation, la dyspepsie et la goutte). Cela fait maintenant trente et un ans que Maryse et Eugène perpétuent cette coutume et désaltèrent curistes et buveurs occasionnels. Avocats et passants se retrouvent donc accoudés directement au comptoir du kiosque qui ne possède ni chaise ni table pour se délecter de leurs délicieux jus de fruits et des histoires de la patronne. Car face au Palais de justice, elle en a vu des vertes et des pas mûres. Des anecdotes bien sûr et non pas des fruits puisqu’ils ont été achetés le matin même par son mari sur les marchés à des producteurs de la région (comme à Vedène pour le raisin lors des vendanges) Des produits frais uniquement de saison que Maryse pressera devant vous pour une fraîcheur sans égal. Testez l’ananas-orange ou le melon-pêche, si l’arrivage le permet, ce  sont nos musts.http://love-spots.com/bars-marseille



C'est ce que cache la station Uvale,  le seul immeuble qui ait au rez de chaussée ces trois fenêtres en arrondi, et de tout ce que je viens d'expliquer, nous indique que ce sont certainement les vitrines de la grande Maison de la place Vendome: la Maison Boucheron:


Puis ces trois photos de l intérieur de l immeuble dont malheureusement je ne trouve plus le site ou je les ai emprunté.


C'était un site de location de bureaux a Marseille  et je ne retrouve plus le nom


Donc , si quelqu'un reconnaissait cet intérieur du cadre ou vécut la Maison Boucheron, et que cette indiscrétion gêne, je suis prêt à supprimer ces photos de mon article . richard.jeanjacques@gmail.com




Je profite de cet article pour publier 2 pages du dossier de la légion d honneur du neveu de Boucheron Mr Radius , qui fut une personnalité importante de la maison Boucheron


Il existe toujours une famille Chambon , armateur à Marseille, peut être lira t elle cet article et peut être aura t elle des commentaires à apporter??

Des commentaires, ci-dessous:..... ou richard.jeanjacques@gmail.com


lundi 10 avril 2017

DEBACQ, 200 ans d'une histoire de joailliers méconnus


"photos aimablement fournies par East Langkun de Pékin"

Cartier, Mellerio, Van Cleef & Arpels, Chaumet, Ostertag, etc, etc 
Mais les milliers d'autres Joailliers méconnus de l histoire de nos métiers? Mes correspondants Chinois m'adressent un bijou acheté par eux en Europe et me demandent qui est ce "Debacq", et une fois de plus je découvre un joaillier français d'une certaine importance dont il ne reste presque rien.

Je suis tenté de voir quels étaient les joailliers a cette époque.


Source Gallica de la BNF de France
Cliquez sur toutes les photos pour agrandir.

En 1826 il y avait un BAPST associé à un MENIERE
Paul-Nicolas Menière (né à Paris le 10 mars 1745, mort à Paris le 14 janvier  1826 il était  marchand orfèvre, joaillier et artiste-bijoutier français. (Wikipédia)
Il est reçu maître-orfèvre à Paris en janvier 17751. Le 18 mars 1778, il devient bijoutier-joaillier du Roi et le 31 décembre 1788 succède à Charles Auguste Boehmer comme joaillier de la Couronne.
On lui doit un grand nombre d'objets d'art. Il avait ses ateliers dès septembre 1799 dans les galeries du Louvre où il travaillait sur commandes officielles.
En 1821, il démissionne de sa charge, son gendre Jacques Hebrard Bapst lui succède. Il est l'arrière-grand-père de Jules Bapst. Ce qui est intéressant dans ce texte tiré du "Bazar Parisien" de 1826, ce sont les détails comme ceux sur Beaugeois



Source Gallica de la BNF de France

Paul Bourguignon qui aura une suite, la maison Clerc place de l'opéra. Puis le célèbre Fossin.


Source Gallica de la BNF de France

Sur cette page  Eugène Étienne Denis Auguste LINZELER dont les descendants feront une belle carrière et Ouizille Lemoine qui avec  Lemonnier,Baugrand, Mellerio, Kramer, Viette et Fester exécutèrent la couronne impériale et les décorations de l'empereur, la couronne de l'impératrice,le diadème, la ceinture, les broches, le bouquet, la coiffure et l'éventail.


Source Gallica de la BNF de France

Personne n'est parvenu jusqu'à notre siècle, certains ont duré, mais les autres? 
En 1827 quelle est l 'importance de la profession?

Les lapidaires, comptaient 60 établissements, 200 ouvriers et une recette de 1,797,000 francs.

Les pierres fines ou fausses étaient taillées dans le Jura. La commune de,Septmoncel, l'arrondissement de Saint-Claude occupaient à ce travail 3,500 personnes.
505 joailliers, bijoutiers, réunissaient dans leurs ateliers 3,345 ouvriers. Ils employaient 6,400,000 fr. d'or; les droits de garantie montaient à 550,000 fr., les produits à 15,100,000 fr. ; enfin, le commerce de la bijouterie s'exerçait dans 330 maisons et rapportait 24,142,360 fr. ; l'exportation était de 4,000,000 francs. (L industrie Française au XIX eme Etude de Regnier en 1827)





Donc, ce Debacq qui est-ce?  une formidable succession de joailliers qui va nous amener de 1812 à 1980 et pourtant ils ont manqué le train, en effet ils étaient là après les Mellerio début du 19 ème, mais quand même... Sabe en tant qu'actionnaire majoritaire et  Debacq démarrent  en 1812!! Et à cette date ils étaient installés au 358 rue de la Porte Saint Denis puis 25 rue Meslay


Source Gallica de la BNF de France

Le grand Vever écrivit dans son histoire de la Joaillerie que Debacq et Sabe (Sabe était le neveu de Debacq), dont la maison, fondée par Meunier en 1826, fut continuée par Labitte en 1836 et, par une
sorte d'alternance assez fréquente, fut reprise ensuite par un descendant de Sabe.
  
Aucune trace, pour l instant de bijoux fabriqués a cette époque, mais en cherchant bien, la bibliothèque  administrative de la Mairie de Paris recèle des trésors, je n'ai pu remonter a 1860, mais des photos existent du 39 au moment des grands travaux


Source Gallica de la BNF de France


C'est en 1838 que Sinice Debacq va s'associer avec Victor Sabe  29 rue Royale Saint-Martin, devenu en 1849 le 39 rue Nationale Saint Martin






Avec les grands travaux, les noms de rue et les N°s changent, et au 31 rue Réaumur, de 1851 à 1859 le propriétaire de l affaire est Sinice Debacq .
Sur cette publicité dans la revue "l'Ecrin" une splendide faute d'orthographe dans le nom "Debacq"




En 1859 c'est l association de Sinice Debacq et de Pierre Eugène Sabe et le 31 rue réaumur devient le 41 rue réaumur.



Cet annuaire les mentionne en 1864


Dans la revue de l'époque en 1864 "L ecrin" une planche de dessin de ce que les dessinateurs de l'époque conseillaient de suivre comme style.

Pour apprécier la manière dont certains Bijoutiers Joailliers ont pu traverser les époques alors que beaucoup ont disparu, regardez ce tableau , pour l'époque le nombre de professionnels était important.


N oubliez pas de cliquer pour agrandir les photos


Dans le Moniteur de la Bijouterie de 1867 :
Le numéro 1 de nos photographies reproduit le médaillon photographique dont nous avons déjà
parlé dans notre dernier numéro. Il est du, comme conception et exécution, à M. Bourgadier dont c'est là propriété exclusive. Il a été déposé par lui et personne autre n'a le droit de le reproduire en nature. C'est un charmant cadeau d'étrennes, un touchant souvenir à offrir, car on peut y intercaler les portraits de toute une famille .

Voilà, vous etes prévenu ne copier pas cette merveilleuse invention d'un merveilleux bijoutier Mr Bourgadier  lui aussi méconnu de nos jours.



En 1867 à l'exposition universelle, Massin  exposait une Branche d'églantine et un médaillon en forme de scarabée



Et voici le 41 rue Reaumur  en 1868, les N°s ont changé mais pas l immeuble,  Sinice Debacq  est le dirigeant et a comme associés minoritaires  Camille Batcave et Victor Peyret, L enseigne très visible en agrandissant la photo est "Joaillerie Bijouterie Debacq et Cie" .


Voici encore le style de bijoux d'une époque. En 1868, avant et après, la chaîne N°1 est une chaîne Léontine à Glands, la 2 est une chaîne Sultane à glands, et la 3 Une chaîne à cachets.En haut, des chaînes à glands; la petite barre droite, est une clef de montre.



'photos aimablement fournies par East Langkun de Pékin"

C'est en 1868 que la maison avait changé encore de raison sociale pour devenir Debacq et Cie, c'est donc a partir de cette date que cette broche trembleuse a pu être fabriquée,  dans l'écrin se trouvent les accessoires pour la transformer en différents bijoux. Les associés vont rester à cet endroit jusqu'en 1895, certainement expropriés car un nouvel immeuble va être construit.

En 1875 lors d'une réunion , Sabe est toujours présent.
CHAMBRE SYNDICALE DE LA BIJOUTERIE, DE LA JOAILLERIE, DE L'ORFÈVRE IE
ET DES INDUSTRIES QUI S'Y RATTACHENT
Séance du 15 juin 1875. Présidence de M. Vever.
Ce jour, 15 juin 1875, la Chambre syndicale a tenu sa séance mensuelle au lieu ordinaire de ses réunions.
Présents: MM. Vever, Boucheron, Rouzé, Janin, Braut, Hugo, Gosset, Sabe, Edmond Luey, Massin, Boulanger, Trouvé. Chenaillier, Lahaye fils, Mocne, Révillon, Héricé, Mellerio et Rousson.
Absents avec excuse : MM. Fontenay, Kierdorff, Martincourt, Ferré, Filon, Vaubourzeix, Roussel, Roulina, Labouriau, Linzeler, Piault et Chaise.


Voici le nouvel immeuble du 41 rue réaumur, il est toujours là. 

Source Gallica de la BNF de France
1876 dans l annuaire



1877 dans l almanach du commerce


Le 15-février-1877  Debacq le bijoutier est tiré au sort pour faire partie du jury d'assises


L' affaire Victor Moyaux qui avait fait grand bruit a l époque ou Debacq était juré, toute la presse en a rendu compte , regardez ce lien: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5932010/f1.texte.langEN




1877 le poinçon de la maison "Debacq et Thibault " rue du temple, je n'ai pu trouver de trace concernant cette maison, était-ce  une association des deux????,


Sinice Debacq de 1838 à 1899 (Wikipédia)


1877 au passage, dans le journal,  je remarque un produit miracle contre le Cancer


1880 Eugène Sabe (wiki)

"photos aimablement fournies par East Langkun de Pékin"

Photo de la Broche trembleuse de Debacq et ci-dessous,  cette broche trembleuse anonyme qui se trouve au Musée des arts décoratifs datée aux environs de 1880, en or, argent, diamants.


Copyright RMN photo Jean Tholance



1885 annuaire des anciens commerçants


1894 Annuaire du Commerce



1890 Camille Batcave (Wiki)


Dessin de 1891



1895  dans la plaquette du Touring club de France

Et  c'est donc au 105 bd Sébastopol que vont se réinstaller nos associés de la société Debacq & Compagnie.



Victor Peyret (Wikipédia par Sinice)




En Cliquant sur la photo ci-dessous sur la photo, vous verrez parfaitement le nom de Debacq au 1er étage au dessus de l entresol


Exemplaire de photographie Argentique, Maison Debacq au 105 boulevard Sebastopol, a l angle de la rue Réaumur vers 1900 Auteur Sinice Debacq. 




L 'immeuble du 105 bd Sebastopol n'a pas tellement changé de nos jour (Cliché Google maps)




Dans l annuaire de 1900 c'est toujours Debacq et Cie, d'après le registre du commerce en 1900 ce serait  "Debacq, Peyret et fils successeurs", Victor Peyret en est le dirigeant.


Nous en arrivons au deuxième bijou que j ai pu trouver, vendu en 2009 par l'étude de Maître Leclere
Maison DEBACQ Estimation :30 000 - 40 000 €
Exceptionnelle libellule trembleuse, les ailes en émail translucide soulignées de lignes de diamants et roses, le corps serti de diamants, tête émaillée verte. Dans son écrin, tournevis et épingle à cheveux. Époque 1900. Poids : 19,5 g.  http://leclere-mdv.com/



Nous pourrions entamer une réflexion sur les goûts et les couleurs, la Libellule plus haut est ce que nous avons retenu (parmi d'autres) de cette époque 1900 et pourtant à l époque , la Vicomtesse de Réville encensait ce diadème créé par Mr Soufflot.

J'ai plaisir à constater, une fois de plus, que l'étranger vient toujours demander au goût, à l'habileté,
au sentiment comme au doigté artistique du joaillier français, ses riches bijoux, ses parures somptueuses, soit qu'il désire faire rayonner les pimpantes toilettes des jolies femmes, soit qu'il aspire à rehausser d'un nouvel éclat les tètes couronnées.
C'est ainsi qu'il m'a été donné récemment de voir un diadème des plus remarquables, créé à Paris,
et destiné à une cour étrangère. Au double point de vue d' une manifestation nouvelle de la suprématie de notre fabrication nationale et de l'importance et de la grandeur de la pièce, je suis
heureuse d'en publier une reproduction, qui attirera certainement l'attention des lecteurs de la Revue.
La composition de ce diadème est sobre, elle n'emprunte rien aux subtiles fantaisies du style moderne, qui n'auraient assurément pas été comprises dans le pays où le bijou doit être livré, et
j'imagine que le créateur, M. Soufflot, a été bien inspiré en faisant simplement appel, dans la circonstance, aux procédés de l'ancienne joaillerie, mettant bien toutes les pierres en valeur et, malgré l'importance de celles-ci, sachant conserver à l'oeuvre une grande légèreté.........

Chacun ses goûts!  heureusement c'était aussi 'époque de l'art nouveau et en 1901 dans la revue de la Bijouterie Joaillerie Orfevrerie


Mellerio nous offrait cet ornement de tête



Mais en revanche au titre des Joailliers Méconnus, qui se souvient de cette Maison Vaguer qui fabriqua ce pendentif  et la broche ci-dessous. entre 1900 et 1902





Qui se souvient de "Godet" qui fabriqua ce collier , témoin de son époque , or Vever hissait au plus haut niveau Vaguer et Godet!

Mais nos joailliers, connus ou méconnus, comment apprenaient ils le métier dans les années 1900? 
Il y avait l' apprentissage bien entendu, et aussi une école financée par la profession, qui déjà pratiquait la formation continue en cours du soir.


Voici le programme , après une longue journée de travail , les cours du soir et l école n'était pas encore rue du Louvre, mais rue de Jussienne sous la présidence de Louis Aucoc.

Il n'existe aucune formation organisée par les pouvoirs publics. C'est la profession qui se
dote elle-même peu à peu d'outils de formation, comme l'école professionnelle de dessin.
Fondée en 1868 par la chambre syndicale patronale parisienne - la Chambre syndicale de la
Bijouterie, de la Joaillerie et de l'orfèvrerie - elle dispense des « cours du soir aux apprentis
pour en faire d'excellents ouvriers »(Vever)
 L'enquête de la Chambre de commerce de Paris sur les conditions de travail dans le département de la Seine en 1872 mentionne, pour les métaux précieux, cette même école, qui accueille alors 200 apprentis en deux classes et leur dispense des cours de dessin et de modelage. Une autre école d'apprentis est annexée aux ateliers de bijouterie Savard*. La Chambre syndicale de la BJO met aussi en place des concours d'excellence,auxquels se livrent les meilleurs apprentis et ouvriers(Revue de la Bijouterie Joaillerie Orfevrerie 1900 à 1905)


Wikipédia par Sinice

Eugène Peyret au volant de sa voiture




En 1905 dans le "Journal" le 8-4-1905, Eugène a eu un accident, mais c'était  un privilégié, car en 1905 il n'y avait que 21000 voitures en circulation en France.

C'est  le 19 mars 1906 qu'Eugene Peyret va déposer un nouveau poinçon représentant une étoile dans un anneau , il est bien 105 boulevard Sébastopol mais le changement au 7 de la Rue du 4 septembre est bien noté.

orfèvre
auteurPeyret
patronyme(s)Peyret
variantes(& Cie)
professionFabricant bijoutier
initialesP.et.Cie.
symbolesune étoile dans un anneau
n° de garantieC1022
n° de préfecture12608
date d'insculpation19 mars 1906
lieu(x) d'activité75
Paris
adresse de l'atelier1) 105 boulevard de Sébastopol ; 2) 7 rue du Quatre-Septembre
crédits photoLebée, D. - © Inventaire général, ADAGP, 2000
référencePG003793



1910 une énorme escroquerie commise par une bonne soeur,  et Eugène Peyret en a été victime comme beaucoup d'autres, Le 15-05-1910 dans le Parisien.
 L'AFFAIRE DES BIJOUX   
Sœur Candide ne peut  désintéresser ses créanciers Si, un instant, on avait pu croire que soeur Candide désintéresserait les plaignants, à l'heure actuelle, il n'en est plus ainsi. Le trou » creusé par les agissements de la directrice d'Ormesson est trop profond pour être comblé. Certaines personnes s'intéressant à la religieuse avaient essayé de la tirer d'affaire. Elles ont dû y renoncer. Ce n'est pas, en effet, seulement aux deux plaignants que la prévenue a emprunté des bijoux plusieurs autres joailliers lui ont remis des colliers, bagues et autres joyaux. Les amis de sœur Candide se sont rendu compte que s'ils désintéressaient lesdits plaignants, les autres bijoutiers porteraient plainte à leur tour pour être remboursés. Ce serait jeter de l'argent dans le gouffre sans le combler.
D'autre part, les œuvres de sœur Candide sont actuellement sans ressources. Les bienfaiteurs ont jugé qu'il était préférable de consacrer les sommes dont ils peuvent disposer aux pensionnaires d'Ormesson qu'aux créanciers.




Le 4-11-1911 dans le journal d'Aix en provence , on apprend  que la Soeur Candide avait fait un procès au célèbre Joaillier Janesich l'un de ses créanciers




Le jugement final  est donné le 23 fevrier 1912, Eugène Peyret avait eu confiance, elle était  présenté par un ami.... c'était une une Soeur.... qui plus est, décorée de la Légion d honneur...... Elle n'eut que 18 mois de prison avec sursis et 1000 frs d'amende.



Ou l'on retrouve les noms de Glasberg



Journal Le Gaulois 1928


Eugene et Marcel Peyret (Wikipédia dossier Sinice)



1928 dans le Journal Le Gaulois

Logo de Debacq vers 1920

le 22-12-1933



1936-05 dans le journal Le Temps mariage de André Peyret


02-05-1942  vous remarquerez les familles Peyret, Sabe, Batcave

7 rue du 4 septembre

La maison Peyret  de 1960 à 1980 sera dirigée par andré Peyret, La maison Peyret et Cie était installée depuis 1925 au 7 rue du 4 septembre à Paris , près de l'opéra.

Si vous avez des commentaires vous pouvez les déposer a la suite de cet article ou m adresser un mail